FFF
Wednesday, November 10, 2004
 
L'islamisme brise le modèle hollandais

Theo Van Gogh

L'assassinat en pleine rue, mardi dernier, par un jeune Marocain de la deuxième génération, lié à des réseaux islamistes radicaux, du cinéaste Theo Van Gogh, personnage provocateur auteur d'un pamphlet sur l'islam, n'en a été que plus ravageur, dans une société qui croyait avoir résolu pour de bon les problèmes d'identité et de religion.
Le fait que l'on ait retrouvé sur le corps de la victime un document annonçant d'autres cibles, notamment parmi des députés, a traumatisé l'opinion. Et les actes racistes perpétrés par des extrémistes néerlandais contre des mosquées et une école musulmane en réaction au meurtre ont ajouté au désarroi général.
Des centaines de personnes rassemblées devant des écrans géants, retransmission en direct à la télévision et à la radio publiques, un vice-premier ministre parmi les proches : le cinéaste provocateur Theo Van Gogh, assassiné au nom de l'islam radical, a eu droit à des funérailles presque nationales, mardi, aux Pays-Bas.
C'était le pays le plus tolérant du monde. C'est en tout cas ainsi que les Pays-Bas se rêvaient. Un «jardin hollandais multiculturel», où les communautés, protestante, juive, musulmane ou gay, cohabitent en liberté. Un pays qui avait ouvert en grand ses portes à l'immigration étrangère, supprimé les cartes d'identité et misé sur la «police sociale» et la libéralisation des drogues pour réduire la délinquance.
.Ebahis, les Néerlandais réalisent que leur fameux «modèle» a volé en éclats et qu'un dangereux fossé se creuse entre les Néerlandais de souche et leur communauté musulmane, forte de 900 000 âmes sur 16 millions d'habitants.
Lire la suite



Comments: Post a Comment

<< Home

Powered by Blogger