FFF
Friday, June 24, 2005
 
Le père du jeune français tué au Maroc se dit convaincu qu'il s'agit d'un crime islamiste
Le père du jeune Benjamin tué à Fès se dit «convaincu qu'il s'agit d'un crime islamiste»
AP | 24.06.05 | 20:41
RABAT (AP) -- «A ce stade de l'enquête, je suis convaincu qu'il s'agit d'un crime islamiste», a déclaré vendredi à l'agence Associated Press (AP) Eric Vanse Veren, un ressortissant français dont le fils a été tué par un inconnu le 17 février à Fès au Maroc.
Benjamin Vanse Veren, 16 ans, avait été poignardé par un homme barbu, vêtu d'une djellaba blanche, alors qu'il faisait du tourisme avec ses parents et son jeune frère, âgé de neuf ans, dans la «médina» (vieille ville) de Fès.
Sa mère avait également été blessée au rein par un coup de poignard de l'agresseur, Abdelillah Mazzine, 29 ans, interpellé après une brève tentative de fuite. Identifié par les témoins, le suspect, qui a reconnu les faits, avait été présenté par les autorités marocaines comme «un déséquilibré mental» et «un ancien toxicomane».
Son père, Eric Vanse Veren, cadre bancaire à Montauban (Tarn-et-Garonne) était présent vendredi à la cour d'appel de Fès pour assister à la troisième audience de confrontation organisée par la justice marocaine.
S'abritant derrière «le secret de l'instruction», Eric Vanse Veren, témoin du meurtre de son fils, a toutefois refusé à ce stade de détailler la thèse d'un crime d'inspiration islamiste décidé contre un passant non-musulman.
«Aujourd'hui, je sais exactement ce qui s'est passé», explique le père de la victime; «l'assassin était préparé depuis une demi-heure à tuer dans le cadre d'une opération organisée et planifiée». «Je l'ai clairement entendu crier 'Allah Akbar' (Dieu est grand) quand il a agressé mon fils», a-t-il précisé.
«La justice marocaine a toutes les cartes en main pour faire éclater la vérité», a ajouté Eric Vanse Veren qui s'appuie «sur les témoignages» recueillis en procédure. «Nous avons également fait notre propre enquête et, sans cette enquête, le crime aurait été classé comme un dossier de droit commun».
Le Maroc, qui est engagé depuis mai 2003 dans un travail sécuritaire de démantèlement de puissants réseaux islamistes salafistes, a accueilli près de deux millions de touristes français en 2004.
«Le juge d'instruction fait parfaitement son travail mais maintenant la balle est dans le camp des autorités marocaines», a conclu le père de l'adolescent qui assure être animé «non par un esprit de vengeance mais par une exigence de vérité».
Assisté de son avocat français, Me Jean-Lou Lévi, Eric Vanse Veren devrait revenir au Maroc le 2 septembre pour une nouvelle audience contradictoire d'instruction. AP
Comments: Post a Comment

<< Home

Powered by Blogger