FFF
Monday, June 27, 2005
 
Un islamiste interpellé à Montpellier envisageait un attentat en Europe
Un islamiste radical présumé présenté à un juge antiterroriste lundi
PARIS, 27 juin 2005 (AFP) © 2005 AFP

Un islamiste radical présumé, Marocain de 35 ans, doit être présenté lundi à un juge d'instruction antiterroriste parisien en vue de sa mise en examen dans l'enquête dite des "filières irakiennes", a-t-on appris de sources proches du dossier.

Il avait été interpellé mardi à Montpellier (Hérault) en même temps que quatre femmes et deux hommes lors d'un coup de filet mené conjointement à Montpellier et à Limoges (Haute-Vienne) par la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage) sur commission rogatoire des juges antiterroristes.

Les six autres personnes ont été relâchées, sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre elles.

Lors de la perquisition menée à son domicile, la DST a saisi des listes manuscrites de produits pouvant entrer dans la composition d'engins explosifs ainsi que des circuits électriques "grossiers", a-t-on précisé de sources proches du dossier.

Le suspect a tenté de se rendre en Irak courant 2004 mais n'y est jamais parvenu, son parcours s'arrêtant en Syrie avant de revenir en France, a-t-on ajouté de sources proches du dossier.

Durant les quatre jours de garde à vue, l'homme a indiqué aux enquêteurs avoir songé à préparer un attentat en Europe ou à aider un groupe à commettre une action violente par la fourniture de moyens.

Son profil intéresse également les enquêteurs qui établissent un parallélisme entre son parcours et celui des jihadistes partis au milieu des années 1990 en Afghanistan et revenus en Europe après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis pour y poursuivre leurs activités.

Les "filières irakiennes" étaient apparues en France en janvier avec l'arrestation d'un groupe de onze personnes, la plupart originaires du XIXe arrondissement de Paris, dont trois avaient été écrouées après avoir été mises en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

D'autres islamistes radicaux présumés ont depuis été mis en examen dans cette instruction, sans lien toutefois avec le groupe du XIXe arrondissement. De source judiciaire, on précisait lundi que le dossier des filières irakiennes pouvait regrouper différents groupuscules distincts mais ayant comme point commun le départ de combattants en Irak.
Comments: Post a Comment

<< Home

Powered by Blogger