FFF
Saturday, May 21, 2005
 
Le Parti des Musulmans de France traite Chirac d'"islamophobe"
Le PMF dénonce les "profanateurs" du Coran et Chirac, "l'islamophobe"
STRASBOURG, 21 mai 2005 (AFP)
Le Parti des musulmans de France (PMF) a réuni quelque 300 personnes samedi à Strasbourg pour dénoncer "les criminels US qui souillent le saint Coran" et Jacques Chirac, qualifié d'"islamophobe" en raison de la loi sur la laïcité, a constaté une journaliste de l'AFP.
"Saint Coran souillé, musulmans révoltés", "L'intégrisme laïc: danger pour la République", "France, n'oublie pas ta diversité", pouvait-on lire sur des banderoles de manifestants, dont de nombreuses femmes, rassemblés une partie de l'après-midi sur la place Kléber à Strasbourg.
Après avoir fustigé l'attitude des militaires américains qui, selon lui, ont profané à plusieurs reprises le Coran lors d'interrogatoires notamment sur la base de Guantanamo à Cuba, le président du PMF Mohamed Latrèche s'en est pris au président Chirac, qui utilise "la laïcité pour tromper les Français".
"M. Chirac, vous avez humilié les jeunes filles voilées, nous vous détestons parce que vous nous détestez. Vous êtes un islamophobe. Si vous aviez la force de Bush vous auriez fait ce qu'il a fait aux musulmans", a lancé M. Latrèche, qui demande l'abolition de la loi sur la laïcité votée l'an dernier. Le président du PMF a bénéficié d'un non-lieu en janvier après avoir été mis en examen pour "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale", à la suite de propos tenus un an plus tôt, lors d'une manifestation à Paris contre cette loi.

Créé par M. Latrèche en vue des élections législatives de 1997, où il avait obtenu 0,92% des voix dans la 3ème circonscription de Strasbourg, le PMF ne s'est plus jamais plus représenté à une échéance électorale.

Parti sans carte d'adhérents, le PMF revendiquait encore 2.000 sympathisants début 2004, selon M. Latrèche qui, samedi à Strasbourg, s'est abstenu de toute évaluation tandis qu'une source policière évoquait un "noyau dur" actuel de 150 sympathisants.
 
La liberté religieuse n’existe pas dans les pays musulmans
L’archevêque de Marseille, le cardinal Bernard Panafieu, a lancé samedi à Marseille un appel en faveur de la libération de quarante Pakistanais chrétiens, arrêtés récemment à Ryad en Arabie saoudite pour avoir célébré une messe dans une maison particulière.
"Souvent, il s’agit de travailleurs manuels qui n’ont pas la liberté d’exercer leur culte en Arabie saoudite", a déclaré l’archevêque, au cours d’une conférence de presse, rappelant que "la liberté personnelle d’accéder à la religion que l’on souhaite est un droit élémentaire inscrit dans la charte des Nations unies".
Selon l’archevéché, les Pakistanais ont été arrêtés le 23 avril à Ryad par la police religieuse saoudienne, la Muttawa, mais la nouvelle de leur arrestation n’a été connue que le 19 mai.
Mgr Panafieu s’exprimait à l’occasion d’une visite à Marseille du patriarche de l’Eglise chaldéenne catholique, principale église d’Irak. Mgr Emmanuel Delly effectue une visite en France depuis une semaine à l’invitation de l’oeuvre d’Orient, qui souhaitait manifester ainsi le soutien de la France aux chrétiens irakiens.
"La liberté religieuse n’existe pas dans les pays musulmans, sauf au Liban", a déploré Mgr Delly.
"La liberté de culte existe dans certains endroits. En Irak, il y a la liberté de culte, mais pas la liberté religieuse, la liberté politique, la liberté culturelle. Or la liberté de culte ne suffit pas", a-t-il ajouté souhaitant que les principes de liberté religieuse et de respect des droits de l’homme soient inscrits dans la future constitution irakienne.
"La plupart des responsables (irakiens) sont d’accord avec nous et avec le principe de la laïcité de la constitution, mais il y a toujours des fanatiques", a-t-il dit.
Auparavant, Mgr Panafieu avait exprimé "sa solidarité avec le peuple d’Irak qui traverse une tragédie non seulement depuis quelques mois, mais depuis plusieurs années".
Source de l'article
Friday, May 20, 2005
 
Gennevilliers (Hauts-de-Seine): 4000 cassettes de propagande islamiste découvertes
Opération policière dans le 92: 4.000 cassettes islamistes trouvées
NANTERRE, 20 mai 2005 (AFP)

4000 cassettes audio de propagande islamiste ont été trouvées mercredi dans la cave du gérant d'une entreprise de transport de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), lors d'une vaste opération du GIR 92 (Groupe d'intervention régional), a-t-on vendredi de source policière.

L'opération a été lancée dans le cadre d'une perquisition pour travail illégal mais visait en réalité à vérifier le possible financement de filière islamiste par cette société de transport, selon cette source.

Trois personnes ont été placées en garde-à-vue pour travail illégal, notamment le gérant de l'entreprise âgé de 33 ans.

Ce dernier, d'origine tunisienne, a déclaré appartenir à "une mouvance salafiste active sans toutefois être un terroriste", a précisé cette source.

Les trois personnes ont été relâchées jeudi mais sont citées à comparaître.

Pour l'heure, l'enquête se poursuit et devra déterminer si les suspects alimentaient une filière islamiste.
Wednesday, May 18, 2005
 
L' Allemagne face à la menace islamiste
Le terrorisme islamiste, un danger pour l'Allemagne
Deutsche Welle, 18 Mars 2005

Au cœur des commentaires de la presse allemande de ce matin : le rapport sur la sécurité de l’Etat pour 2004, présenté hier par le ministre de l’intérieur, Otto Schily. Un rapport qui présente notamment le terrorisme islamiste comme l’un des principaux dangers pour la démocratie allemande.

Selon Otto Schily, ce ne sont pas les néonazis et le parti d’extrême-droite NDP qui représentent le plus grand danger pour la démocratie, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Un pourcent des trois millions de musulmans vivant en Allemagne sympathisent avec une organisation islamiste ou en font même partie. Le chiffre n’est pas énorme, mais 30 000 personnes suffisent à offrir des cachettes aux véritables terroristes, voire un soutien pour leur activités. Pour la FAZ, quand on sait à quel point il est difficile de réunir des preuves dans le domaine du terrorisme islamiste, le fait que 171 enquêtes soient déjà en cours est un réel signal d’alarme.

Le discours du ministre de l’intérieur contient un message très réaliste, estime quant à elle die Welt, ce n’est pas seulement le terrorisme qui nous menace, mais aussi l’extrémisme, qui peut mener à des actes de violences. Aussi spectaculaires que soient les dispositifs policiers lors des visites d’Etat et les razzias dans les refuges islamistes, il faut savoir que la lutte contre la démocratie est avant tout du domaine de l’idéologie. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont à tel point engagées dans le terrorisme islamiste que même les autorités allemandes sont au courant, poursuit le quotidien conservateur. Mais combien d’entre eux sont allés ici à l’école coranique, n’ont reçu qu’une éducation limitée dans les ghettos des grandes villes et ont épousé des femmes venues de leur pays d’origine, qui acceptent un modèle familial archaïque parce qu’elle ne connaissent rien d’autre ? Selon le journal, cela fait longtemps que cette « société parallèle » dont on parle tant, a créé de nombreux lieux où ni la langue, ni la loi, ni la police allemandes n’ont leur place.

Les procédures juridiques contre des terroristes islamistes présumés ont échoué à plusieurs reprises, rappelle de son côté la Süddeutsche Zeitung. C’est pourquoi les autorités allemandes font tout pour mettre des bâtons dans les roues des prédicateurs de la haine, qui incitent à la violence, même si aucun délit concret ne peut leur être reproché. Ce ne sont que de petites tentatives, souvent sans résultats, de maîtriser le danger. Mais au moins elles font comprendre aux agitateurs extrémistes qu’ils ne sont pas les bienvenus en Allemagne.

Aude Gensbittel
Source de l'article
 
Islamisme radical : la police d'Ile-de-France multiplie les découvertes
TERRORISME Quatre-vingt-treize opérations ont été menées depuis le début de l'année
Islamisme radical : la police d'Ile-de-France multiplie les découvertes

Jean Chichizola
Le Figaro[18 mai 2005]
Créé au printemps 2004, le pôle francilien de lutte contre l'islamisme radical mène la vie dure aux fous de Dieu : 93 opérations menées depuis le 1er janvier 2005 contre 88 pour l'ensemble de l'année précédente. L'objectif est double : mieux connaître un milieu extrémiste pouvant, comme à Madrid, aider des terroristes, et éviter qu'une frange de la jeunesse soit séduite par les prêcheurs du djihad. «Aujourd'hui, remarque ainsi un policier, une partie des jeunes des quartiers ont une profonde haine du monde occidental et de ses valeurs. Tant que perdurera ce sentiment d'exclusion, ce rejet de l'Occident et cette nostalgie des racines, les prédicateurs islamistes auront l'avenir devant eux.»


Pour lutter contre le prosélytisme, les renseignements généraux et les services techniques des préfectures multiplient donc les contrôles contre les activistes et les établissements proches de la cause. Cette quête leur vaut parfois quelques surprises. En mars dernier, policiers et experts sanitaires s'apprêtaient ainsi à contrôler un salon de thé parisien tenu par un islamiste notoire. Ils ont pu constater que le commerçant ne se contentait pas de servir des petits gâteaux à ses clients : au sous-sol, une salle de prière clandestine attendait les fidèles et les prêcheurs salafistes. La salle a été fermée et les prédicateurs ont dû plier bagage.


Autre surprise : parmi les 39 étrangers en situation irrégulière contrôlés dans des établissements tenus ou fréquentés par des islamistes radicaux, 33 étaient totalement inconnus des services de renseignement et de police. L'analyse des éléments saisis au cours de leur fouille (carnets d'adresses et téléphones portables) ainsi que les propos tenus pendant leur garde à vue ont pourtant démontré que la grande majorité d'entre eux étaient de véritables activistes. Leurs noms ont naturellement rejoint les fichiers tenus par les services antiterroristes. D'autres militants, eux parfaitement identifiés, ont également été pris dans les filets. Quatre ont été expulsés de France : Samir Korchi, mis en cause dans l'enquête sur le groupe de Francfort qui préparait un attentat à Strasbourg, Rachid Merad et Khaled Tadjine, tous deux issus du réseau Chalabi et un quatrième individu au coeur d'une enquête en cours.


Les services techniques des différentes préfectures (Paris et banlieue) traquent de leur côté les infractions diverses (infractions sanitaires, systèmes électriques non conformes, etc.). Treize commerces ont été frappés d'une mesure de fermeture administrative et douze gérants s'expliqueront sur des violations de la législation du travail. A l'occasion, le respect des procédures de sécurité permet également de porter un coup d'arrêt direct à la propagande extrémiste. Deux salles de prière ont été ainsi fermées dans la banlieue parisienne pour des questions administratives (surcapacité, absence d'issue de secours, sécurité incendie défaillante...). La mesure permet de maintenir la pression sur la vingtaine de mosquées radicales en Ile-de-France. Lieux de culte qui ne peuvent toutefois pas tomber sous le coup d'une fermeture administrative.


Les gérants et imams de ces salles de prière ont d'ailleurs tenu compte de l'offensive policière et administrative. En 2004, six imams et deux gestionnaires de mosquées avaient été inquiétés pour des appels au djihad et à la haine des juifs ou de l'Occident. Un policier remarque que la tendance 2005 est sensiblement différente. «Nous n'avons pas observé de prosélytisme et de prêches radicaux dans les mosquées», explique-t-il. Reste une question délicate : celle des imams radicaux «itinérants», qui, totalement inconnus, profitent l'été venu de l'absence des responsables des mosquées pour prêcher à leur aise. Sans que l'on sache aujourd'hui combien de fidèles ils séduisent l'espace de quelques jours ou de quelques semaines.
Sunday, May 15, 2005
 
Al Qaida recrute et forme des terroristes au Canada
La majorité des recrues de l'organisation terroriste Al-Qaida devant éventuellement sévir au Canada est désormais formée au pays, et non pas à l'étranger, affirment des spécialistes des milieux du renseignement, selon lesquels les recrues canadiennes figurent parmi les membres les plus appréciés du réseau.
"Al-Qaida et les groupes affiliés représentent une menace directe pour le Canada et les intérêts canadiens", affirme le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) dans un rapport dont le quotidien Toronto Star a obtenu copie en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.
Ces groupes terroristes tentent d'accroître leur appui au Canada, selon le SCRS.
"Les convertis sont hautement appréciés par les organisations terroristes en raison de leur grande connaissance de l'Occident et de leur relative facilité à évoluer au sein de la société occidentale", est-il écrit dans le rapport du SCRS, récemment rayé de la liste des documents secrets.

Source de l'article
 
L' UOIF fait plier le Ministère de l'Intérieur
L'UOIF FAIT PLIER LE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR SUR L'AUMONERIE

La nouvelle vient de tomber. Face à la pression mise par l'UOIF, qui avait démissionné du Conseil exécutif du CFCM pour protester contre la nomination d'un aumônier modéré et anti-intégristes, le ministère de l'intérieur vient de renoncer à le nommer.

Ce revirement confirme à ceux qui en doutaient la main mise de l'UOIF sur l'Islam de France, en particulier sur le prosélytisme dans les prisons dont sera chargé l'aumônier choisi par l'UOIF. Cet abandon du domaine carcéral aux intégristes issus des Frères musulmans est particulièrement grave. Les Frères musulmans ont toujours priviligié les prisons et les écoles pour avancer dans leurs projets d'islamisation.

En faisant plier le ministère que la question des aumôneries, l'UOIF vient donc de remporter la victoire qu'il était venu chercher en acceptant de rentrer dans un processus d'institutionnalisation. Cela confirme que ce processus et le CFCM ne profite qu'aux intégristes au détriment des musulmans modernistes et laïques.

Ce diagnostic, ainsi que les dessous de cette stratégie de l'UOIF, sont parfaitement décrits et anticipés dans "OPA sur l'Islam de France : les ambitions de l'UOIF" de Fiammetta Venner (Calmann-Lévy). Il vient de sortir et nous vous conseillons vivement de vous le procurez si vous souhaitez comprendre les tractations et les revirements à venir en prévision des élections du CFCM le 19 juin prochain.

Fiammetta Venner interviendra sur cette question lors du colloque qui se tiendra le vendredi 13 mai 2005 à l’Hôtel de Ville de Paris de 14h00 à 18h00, à l'occasion de la remise du prix de la laïcité 2005.

Source de l'article

Powered by Blogger